gîtes et fermes en Toscane pour agritourisme à Saturnia près des Thermes - visitez Sovana, Pitigliano, parc Uccellina, Argentario, Talamone, Porto Ercole
La Ferme Forno à Saturnia en Toscane Agritourisme en Toscane les collines de la Maremma en Toscane près de Saturnia

San Leonardo, à Saturnia dans la Maremma

space
           accueil         nous         la Toscane          pour le voyage         conditions         contact           english  français  duetsch

Accueil :: Itinéraires à Saturnia ::Magliano

Itinéraires pour connaître la Maremme près de notre agritourisme à Saturnia, en Toscane

Magliano

- Ancienne cité étrusque puis romaine.
- X siècle. Ce territoire fait partie du fief de la famille Aldobrandeschi.
- XV siècle. Magliano est englobée dans le territoire siennois.
Murailles
Les fortifications sont encore fort belles. Telles que nous les voyons, elles ont été construites à la Renaiaissance; seule une petite partie au sud-est
Remonte à l'époque des Aldobrandeschi (XIII siècle).
San Martino
Cette église romane a probablement été la première de Magliano. Elle date du XI ou du XII siècle c'est-à-dire la période durant laquelle la ville est sous le contrôle es Aldobrandeschi. Souvent fermée, le curé (tél. 0564/592036).
La façade très simple a un portail orné de deux piédroits sculptés de manière assez primitive. A gauche, un homme, la tête couverte d'un casque, tient une épée à la main ; il est prêt à frapper un dragon. A droite, un autre dragon, qui pourrait être le même d'ailleurs. Il s'agit probablement de saint Georges qui, à l'extérieur de l'église, affronte les forces du mal et les élimine.
Le portail latéral était orné d'une fresque aujourd'hui complètement détruite.
A l'intérieur de fresques de l'école siennoise du début du XV siècle.

Leurs sujets : une sainte, une sainte avec deux têtes d'anges; saint Sébastien ; Madone à l'Enfant.
Déposition du Christ attribuée par certains à Pietro Lorenzetti. Pietro est un des grands maîtres de la peinture siennoise du XIV siècle. Avec son frère Ambrogio, il introduit à Sienne les recherches sur la forme menées par Giotto à Florence. Il est l'auteur de la Nativité du musée de l'Opéra del Duomo.
Cloche on bronze de 1625.
Série de fresques du XV siècle par un artiste anonyme siennois représentant différents saints, probablement d'ex-voto offerts par des fidèles lors de prières exaucées : saint Roch; sainte Catherine d'Alexandrie; saint Martin à cheval; saint Augustin; saint Norbert d'Aquitaine.
Palazzo dei Priori et del Capitano
Cet édifice servait d'habitation aux représentants de la commune de Sienne qui exerçaient un pouvoir à la fois exécutif et judiciaire. Comme d'habitude, la façade est ornée des blasons des différents prieurs.
San Giovanni Battista
Sa façade de style Renaissance est ornée d'un portail et d'une rosace; selon certains, elle aurait pu être conque par Francesco di Giorgio Martini, un artiste fascinant et polyvalent. En architecture, il est l'auteur de l'extraordinaire église du Calcinaio à Cortone, mais aussi du petit oratoire de Santa Maria delle Nevi à Sienne, où l'on retrouve la même disposition des pilastres que sur cette façade de Magliano. Les façades Renaissance sont rares en Toscane.
Les fresques sont des réalisations d'un peintre anonyme de l'école siennoise du XV siècle.
Sur le mur de droite, à droite du deuxième autel Saint Antoine Abbé avec un donateur à genoux. Cette œuvre est un peu plus intéressante que les autres.
A l'entrée du choeur, à gauche et à droite, deux colonnes avec chapiteaux romans.
Tableau représentant la Prédication de saint Jean-Baptiste.
Cette composition d'assez bonne qualité est attribuée à Arcangelo Salimbeni, mort en 1590.
Disciple de Riccio et père adoptif de Francesco Vanni, il est généralement considéré comme un bon représentant de la Contre-réforme à Sienne.
(1892-1895). Saint Jean- Baptiste tient son bâton dans la main gauche et, de la droite, il montre l'agneau divin aux disciples saint André et saint Jean l'Evangéliste. Une inscription nous précise: "Voici l'agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde." Ce tableau est daté de 1575.
Palazzetto de Checco il Bello
Ce bâtiment d'architecture gothique tardive est orné de trois fenêtres biforées, aujourd'hui murées.
Santissima Annunziata
En sortant par la porte San Giovanni, on tourne à droite ; l'église se trouve à une centaine de mètres. La promenade en vaut la peine, car on découvre une fort jolie vue sur les murailles de la ville. La Santissima Annunziata est aussi un endroit charmant. De fondation romane, elle a été agrandie au XV siècle.

INTÉRIEUR
Madone au lait, par Neroccio sur le maître-autel
Ce tableau n'est qu'un fragment d'un retable plus important comme l'indique la main à gauche qui tient une boule d'or. Neroccio était le beau-frère de Francesco di Giorgio Martini. Ils ont beaucoup travaillé ensemble. Mais ils se sont séparés lorsque Francesco s'est entièrement consacré à l'architecture.
Le visage de la Vierge, très fin, est plein de douceur.
Les proportions du sein de la Madone sont curieuses, mais cela ne fait qu'ajouter du charme à l'œuvre. Si Neroccio utilise encore un langage archaïque, les éléments architecturaux du fond prouvent qu'il connaît le style de la Renaissance.
Ces structures nous rappellent qu'il est également sculpteur et qu'il aime manier le ciseau. Il est en effet, par exemple, l'auteur de la tombe de l'évêque Tommaso Piccolomini. Les prêtres qui avaient la charge de cette église devaient avoir une dévotion toute particulière pour la Madone au lait.
Parmi les autres fresques, la Présentation de la petite Marie au Temple. Sa mère, sainte Anne, a, comme il se doit, le visage d'une femme déjà vieille. Remarquez, derrière elle, les deux enfants qui se disputent.

Aussi Marie-Madeleine avec ses longs cheveux et son pot d'onguents avec, à sa gauche, saint Jacques que l'on reconnaît à son bâton de pèlerin et, à sa droite, probablement saint Barthélemy avec le couteau qui a servi pour son martyre. Malheureusement, cette dernière partie de la fresque est très abîmée.
A mentionner encore, un saint Laurent coincé derrière un autel et une sainte Lucie, curieusement couronnée, mais aux attributs bien évidents: deux yeux sur un petit plat.
Olivier de la Sorcière: a environ 150 mètres derrière Santissima Annunziata. On dit que cet arbre a plus de trois mille ans. Il est en tout cas énorme: son tronc a environ 3 mètres de diamètre. Cet endroit était un lieu de culte païen. C'est évidemment l'origine de l'appellation de cet olivier qui n'a jamais fait de mal à personne.
San Bruzio: ruines très romantiques d'un monastère du XXII siècle. Beaux chapiteaux avec des têtes d'animaux et des personnages humains.
Montiano: très belle vue à 360 degrés out toute la région.
Pereta: porte siennoise restaurée en 1546. Eglise Santa Maria.
Scansano : village à structure médiévale, plus beau de l'extérieur que de l'intérieur.
Poggioferro: dans l'église paroissiale, Madone à l'Enfant avec des anges, par Giovanni di Paolo.
Manciano: Rocca (1424). Oratoire de la Santissima Annunziata - Annonciation dans un cadre baroque.

Top


Copyright © 2018 - SAN LEONARDO - Piva 09750240583 - saturnia.toscana.it - mail@saturnia.toscana.it - Tous droits réservés.